Partenaires

CNRS
QeR


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Informations > La démarche qualité dans les laboratoires > Centre de Résonance Magnétique des Systèmes Biologiques

Centre de Résonance Magnétique des Systèmes Biologiques

par Henri Valeins - 18 mars 2009

Présentation

Vous trouverez ici toute la mise en œuvre d’une démarche qualité en recherche et aussi les outils que j’ai utilisé pour la mettre en place.

Vous trouverez la déclaration de politique qualité du laboratoire. Les motivations principales qui ont guidées notre démarche qualité au sein du laboratoire sont de préserver la mémoire du laboratoire et d’améliorer son organisation. C’est pour cela que la démarche a été conduite dans un esprit pragmatique et non pas normatif.

Bilan des actions qualité menées depuis 2004

Historique

La démarche qualité de l’UMR5536 a débuté en janvier 2004 par un séminaire de sensibilisation au concept de qualité pour l’ensemble du laboratoire. Celui-ci a été réalisé par un professionnel . A la suite de ce séminaire, une réunion préliminaire a permis de définir les trois grands axes de travail de l’unité dans ce domaine :

  1. la calibration de l’instrumentation RMN,
  2. la formalisation des actions de prestation et de collaboration,
  3. la mise en place des bonnes pratiques de laboratoire.

Trois groupes de travail ont donc été créés pour réfléchir et faire des propositions dans ces trois directions. Ces groupes de travail ont aussi bénéficié de l’accompagnement du professionnel pendant six mois.

Calibration de l’instrumentation RMN

Le premier groupe de travail a réfléchi à la conception de tests de reproductibilité, en modules indépendants, pour détecter des résultats non conformes et ainsi connaitre la fiabilité de nos instruments et donc de nos résultats. Ces tests ont été établis sur des échantillons de référence pour mesurer la variation de la résolution (largeur de raie à mi-hauteur), de la sensibilité (rapport signal sur bruit) et de la fréquence du signal RMN. Ces tests sont en place depuis le début de l’année 2004. Un premier bilan, à mi-parcours, a permis de redéfinir la périodicité avec laquelle ils doivent être effectués (une fois par mois).

Formalisation des opérations de prestation et de collaboration

Au sein du second groupe, dénommé « Collaborations », l’objectif poursuivi était la formalisation des procédures de prestations de recherche et de collaborations pour garantir la mémoire et la propriété intellectuelle du laboratoire. La définition d’éléments de traçabilité des études menées était aussi un objectif du groupe de travail. La première action menée a consisté à définir les critères qui différencient une prestation de recherche d’une collaboration. Cette étape a été réalisée en partenariat avec les cellules de valorisation du CNRS et de l’université pour résoudre les problèmes juridiques. Les procédures rédigées décrivent toutes les étapes de la prestation de recherche ou de la collaboration, ceci depuis la demande du bénéficiaire jusqu’à la facturation par le service comptable. Ce groupe a aussi rédigé une feuille de demande de prestation ou de collaboration qui comporte toutes les caractéristiques techniques de la demande ainsi que les noms des donneurs d’ordre et des responsables de l’analyse. En lien avec la cellule de valorisation, une grille tarifaire des prestations a été établie.

Mise en place des bonnes pratiques de laboratoire

Le troisième groupe de travail s’est focalisé sur la mise en place des Bonnes Pratiques de Laboratoires (BPL). La première action entreprise a été consacrée à la préservation de la mémoire du laboratoire par l’utilisation d’un cahier de laboratoire numéroté, dont le dépositaire est clairement identifié. Une base de données avec une gestion en réseau met à la disposition de tous l’inventaire des techniques disponibles au laboratoire avec identification du dépositaire. De plus, sur l’intranet du laboratoire ont été mis en place :

  1. la liste de l’ensemble des produits chimiques avec leur toxicité et leur lieu de rangement ; -# les procédures pour la calibration et l’utilisation des pHmètres et des balances.

Démarche en projet

En 2005, nous avons entamé une démarche en projet pour la conception et l’écriture du document relatif « au projet » dans le cadre de la demande de renouvellement de l’unité. Un professionnel nous a accompagné dans cette démarche. Cette démarche en projet nous a permis :

  1. d’améliorer la lisibilité de nos actions vers les citoyens et les politiques,
  2. de donner un sens réel à la notion d’équipe (mobiliser et impliquer les acteurs) et
  3. d’augmenter l’efficacité du groupe dans ses actions.

Les résultats positifs de cette expérience menée au cours de ces dernières années poussent notre laboratoire à poursuivre la politique qualité dans notre projet de contractualisation. Pour bien montrer la volonté de notre laboratoire dans cette voie, nous avons proposé la déclaration de politique qualité suivante :

Déclaration de la politique qualité

Objet

Cette démarche s’inscrit :

Dans la politique générale d’ouverture sur l’extérieur et de plus-value apportée à l’unité

Dans la politique générale de la « qualité » conduite par le CNRS et l’Université Victor Segalen Bordeaux2

Dans une volonté d’améliorer l’organisation et le fonctionnent de l’unité.

La direction affirme son soutien à la démarche Qualité en nommant un Responsable Management Qualité (Henri VALEINS) qui devra continuer à mettre en place, à gérer, à faire évoluer un Système Qualité dans notre recherche. Notre recherche ne concerne pas tous les éléments d’un projet scientifique mais suit le périmètre défini ci-dessus.

Définition du périmètre de la démarche qualité

  • le périmètre de la politique qualité concernera, dans un premier temps, exclusivement les procédures de prestations de recherche ainsi que les collaborations faisant appel aux matériels mi- lourds de la plate forme.
  • Les actions entreprises seront poursuivies (calibration des instruments RMN, mise en place des BPL) en vue d’une formalisation. Les efforts seront en partie focalisés sur l’extension des tests de calibration aux autres types de matériels de la plate-forme (spectromètres imageur, imageur).
  • L’extension de cette politique pourra ensuite s’étendre à d’autres activités du laboratoire qui en éprouveront le besoin. On peut par exemple envisager la mise en place d’un projet « communication » dont l’objectif sera la diffusion et la mise en valeur des savoir-faire de l’unité vers les donneurs d’ordres académiques et industriels.
  • La demande de la certification pour les actions entreprises bien qu’elle ne constitue pas un objectif du laboratoire pourra intervenir si l’avancement des travaux et les conditions pour l’obtenir le permettent.
  • Favoriser la démarche projet. Par cette volonté de démarche qualité, la direction s’engage à favoriser plus particulièrement les projets qui s’appuieront sur une véritable démarche en projet telle qu’elle a été décrite par le consultant chargé de l’enseigner au laboratoire (concertation, mobilisation, planification, évaluation, ).